Terroir d'altitude

Terroir d'altitude
Vue sur les Corbières et sur la Vallée de l'Agly, vigne de cinsault et grenache noir.

jeudi 14 mars 2013

Ré-ouverture de l'investissement :

Bonne nouvelle,
le Projet bioTrilla du Domaine La Bòria est réouvert en cette année 2013 à l'investissement.
N'hésitez pas à me contacter pour en savoir plus : vincent@laboria.fr

En sachant qu'il y a un ticket d'entrée et une sélection par le vigneron pour devenir des nôtres.
Alors, peut-être bientôt "co-vigneron" pour vivre cela de l'intérieur ?
Et partager les bons moments, le plaisir et même les galères d'un domaine viticole en 2013...


vendredi 21 octobre 2011

La vidéo de Nina de Lost in Wine

"
Ma stagiaire, Nina, étudiante en BTS Viti-Oeno à montpellier, blogeuse (Lost in Wine), a réalisé une vidéo sur mes associés "Co-Vignerons" pendant les vendanges 2011.



Vous pouvez-toujours nous rejoindre dans cette belle aventure, n'hésitez pas à me contacter, Vincent Balansa, 06 09 46 04 61, vincent@laboria.fr

"

samedi 1 janvier 2011

Bonne Année !

"


Et sachez que le Projet, même s'il se concrétise en divins flacons, est toujours d'actualité et ouvert aux souscriptions !

Nous avons encore des vignes à sauver de l'arrachage et des terroirs à exprimer.

Rejoignez-nous et vivez une belle aventure !!!

"

vendredi 24 décembre 2010

La Bòria est 2.0

"
Il faut s'avoir vivre avec son temps, surtout quand on est de la génération informatique, surtout quand les outils à dispositions sont aussi simples d'accès et aussi "facilitants" !

Le Blog du Vigneron vient vous raconter la vie du domaine, pour que vous ayez l'impression d'être un peu moins loin de Trilla.

Je suis aussi sur les nouveaux réseaux participatifs du web, dits 2.0.

Vous pouvez me retrouver sur Twitter et sur Facebook.

Et cela me permettra aussi de me sentir un peu moins seul, perdu dans mes montagnes.

"

mercredi 1 décembre 2010

Le site de La Bòria

"
Suivez-nous maintenant sur le site officiel du domaine :

www.laboria.fr

Fait maison, comme presque tout au domaine, j'espère qu'il saura répondre à vos attentes.

Le Projet bioTrilla a fait son temps, maintenant place au concret et bientôt aux breuvages !

"

vendredi 29 octobre 2010

Le nom du domaine

"
Quelle difficulté que de trouver un nom pour un domaine !
Surtout quand vous avez douze associés.
Un nom qui doit faire l'unanimité, mais aussi qui ne doit pas être déposer comme nom de domaine ou de cuvée, simple, facile à retenir, "prononçable"...
En essayant d'ancrer le Projet dans le terroir, le Fenouillèdes et le naturel.
C'est 8 mois de discussion qui finalement ont abouti.

Le nom du domaine sera La Bòria.
C'est le mot occitan pour la borie, c'est à dire du côté du Fenouillèdes et des Corbières, c'est la ferme, l'exploitation, dans son ensemble, et pas que le bâtiment, comme le mas. A ne pas confondre avec les bories averonnaise ou héraultaises, pour les maisons de berger en pierres sèches.

Le nom en occitan marquera l'attachement à la particularité du Fenouillèdes, enclave occitane en terre catalane. La mise en avant de la ferme insistera sur le fait que nous créons une exploitation agricole sur un village qui les a vu disparaître et que je me vois avant tout comme un paysan, dans le sens noble du mot.

"

samedi 16 octobre 2010

Le Projet sur les ondes... de In Vino BFM !

"



Merci encore à Sylvie Tonnaire pour son beau soutient au Projet.
Rédactrice en chef de Terre de Vins.

Vous retrouverez les émissions d'In Vino BFM et leurs podcasts sur RadioBFM, tous les samedis matin à 10H.

"

vendredi 2 juillet 2010

Première presse...

"

Encore merci à Jean Pla de Maury, qui a mis en avant notre projet sur les dernières installations du Fenouillèdes.
C'est le numéro hors série estival de l'Expansion, sur le Business du Vin, en collaboration avec France Inter, et on devrait en parler le 10 juillet au matin sur l'antenne.
Je suis cité deux fois dans l'article "Vallée de l'Agly, l'éveil d'un terroir d'excellence"page 92, notamment comme "jeune prometteur".

"

mardi 1 juin 2010

Le Projet aujourd'hui :

"

Nous sommes bientôt 13 associés, sur une dizaine d'hectares de vignes (blancs et rouges à parts égales), et autant de landes, en conversion en Agriculture Biologique auprès d'Ecocert.

Le "premier étage de la fusée" a été réalisé, avec l'intégration des pionniers du Projet, l'investissement en terme de foncier et de matériel démarré, les plans de la première tranche de la future cave entérinés, le choix du nom du domaine débattu, les statuts des sociétés rédigés...


(Esquisse d'intégration de la future cave réalisée par Florian Faucheux, architecte, Canet en Roussillon)


La seconde étape, avec le vrai premier millésime, 2010, à réussir, le permis de construire pour la cave à déposer, les plans de sa seconde tranche à dessiner, les choix en terme de cuvées et de packaging des bouteilles à prendre, le début de la commercialisation et sa stratégie à élaborer, etc...

La montée en puissance du Projet en somme, vous attend, afin que vous soyez acteurs de votre domaine et parties prenantes de toutes ses grandes décisions !

Nous avons fait le choix d'arrêter les souscriptions au Projet bioTrilla d'ici la fin de l'année 2011 ou pour  un montant total d'investissement décidé.

"

lundi 8 mars 2010

Début (enfin !) du labour à cheval sur les vieilles vignes :

"
Premier labour à Trilla d'Astrid et Bégonia, les juments de Sébastien de Baixas.
On a commencé par une vigne centenaire de carignan qui en avait bien besoin, n'ayant pas trouvé de laboureurs voulant monter à Trilla l'an dernier.
Merci à Sébastien et  son père. Quel beau et bon travail !


Les photos :




Et la vidéo à l'adresse :

lundi 1 mars 2010

Le projet aujourd'hui


"
Avril 2010 :
Un an d'existence pour le projet bioTrilla. 

Les premières vendanges ont eu lieu. Elles se sont passées comme je les avais imaginées, dans un esprit d'entraide et de grande famille. 2009 est un millésime difficile, concentré, de sécheresse.
Mais nous devrons en sortir de belles choses, grâce à ce fabuleux terroir d'altitude.
Mais pas sous le nom du domaine car 2009 aura été une année "zéro", de démarrage, d'apprentissage, sans moyens, en récupérant les vignes tard, très tard.
2010 sera le premier vrai millésime du projet, avec un vignoble mené du début jusqu'à la fin et avec les moyens de nos prétentions.

Aujourd'hui, les premiers associés ont intégré les sociétés. Ils sont 11 et permettent de partir sur 9 hectares exploités, d'acheter le matériel nécessaire et de lancer la construction de la première partie du chai sur le village. Mais il nous manque encore plus de la moitié de l'investissement nécessaire pour mener à bien ce projet et faire du domaine un des grands noms du Roussillon.

Et si vous veniez vivre cette fabuleuse aventure avec nous ?


"

vendredi 1 janvier 2010

Un terroir extrême à sauver...

"
.
Ce projet concerne la commune de Trilla, petit village de 60 habitants, sur une vingtaine d'hectares au maximum, de rouges et blancs, voués à l'arrachage.
Le terroir est celui du du Haut-Fenouillèdes, un terroir extrême, à la fois sudiste et septentrionnal, balayé par la Tramontane, entre 400 et 600m d'altitude, appartenant à la chaîne des Pyrénées, mais sur la fin de l'influence de la Méditerranée.
Les vignes sont à majorité sur un sol d'Arènes Granitiques (comme Lesquerde et Saint-Martin), mais aussi avec des Marnes Schisteuses (comme Prats de Sournia) et des Gneiss (comme Bélesta et Caramany), exposées essentiellement au Nord, chose rare dans cette zone. Trilla regroupe sur une seule commune tous les sols du Haut-Fenouillèdes.


Les cépages sont ceux du Roussillon et du Nord de l'Espagne (comme en Priorat, par exemple) : grenaches, carignans, cinsault, malvoisie, macabeu, lledoner pelut, auxquels se rajputent la rhodanienne syrah et l'italien vermentino.
Le village a la particularité d'avoir conserver de très vieilles vignes, dont 4 centenaires, de carignan noir, plantées entre 1900 et 1905.
"

Une nature unique à préserver...

".
La chance serait d'acquérir toutes les vignes saines de Trilla, afin de se retrouver seul exploitant sur la commune. Entouré de forêts de chênes verts et blancs, le premier agriculteur voisin se retrouverait à plus de 3 km à vol d'oiseau.
Le choix est de convertir les vignes en Agriculture Biologique dès 2009. Mais je souhaite aller plus loin, en appliquant des méthodes biodynamiques et phytothérapiques que j'ai découvert dans des précédents domaines. Une réserve naturelle avec son éco-système propre et préservé serait alors favorisé.
Le but étant de produire les meilleurs vins possibles, au delà des avantages culturels, humains et éthiques.
L'idée est de réaliser un projet global dans son approche écologique, que chaque décision ait le plus faible impact environnemental possible. L'objectif ambitieux est d'être un des premiers domaines 90% naturel (le 100% étant malheureusement utopique !).

"

Un jeune vigneron à épauler...

".

Je m'appelle Vincent Balansa. J'ai 31 ans. Originaire du narbonnais, élevé au rugby et au Fitou, je travaille depuis 12 ans dans le milieu du vin.
Diplômé de l'ENSA de Montpellier, j'ai acquis mon amour du travail bien fait et naturel auprès de grands noms du Languedoc-Roussillon. Mais c'est surtout au contact de Christophe Peyrus du Clos Marie en Pic Saint-Loup, de Claude Serra de Villa Serra en Minervois et des Gauby, père & fils, du domaine éponyme en Roussillon, que j'ai le plus appris.
J'ai eu la chance de participer à l'élaboration de grands vins, récompensés par plusieurs guides (19/20 à la RVF, 98/100 à Parker, etc...). Mais c'est surtout sur le plan humain et sur le bon sens paysan qu'ils m'ont le plus apporté.
Ma plus grande fierté aura été de m'occuper pour Gérard Gauby de son second domaine, Le Soula, en Fenouillèdes, de 2005 à 2008, et de la confiance qu'il a alors placé en moi. Je suis tombé amoureux de ce terroir d'altitude et de sa nature si préservée.

"

Un projet ambitieux à partager...

"


Après un bref passage chez Hervé Bizeul (Le Clos des Fées / Walden), j'ai décidé aujourd'hui d'écrire ma propre histoire sur ce que je considère comme le plus grand terroir du Languedoc Roussillon ; et sauver un vignoble voué à l'arrachage.
Mais en cette période difficile, m'installer seul serait une erreur. J'ai besoind'aide, de confiance, de réseaux, d'amis, d'ambassadeurs, de l'addition de toutes les bonnes volontés et d'expériences diverses et variées pour créer une chose unique et précieuse : une grande famille, voir même une "tribu", qui donnera toute son âme à ce projet.


L'idée est de faire rentrer une trentaine de personnes d'horizons variés, qui investiront de l'argent, mais aussi du temps pour participer à la vie du domaine (vendanges, assemblages, mises, etc...) et à sa promotion.
Cela ne sera pas mon domaine mais NOTRE domaine.

Et pour les plus investis, je pourrai leur élaborer une cuvée personnelle, selon leurs orientations.
Votre vin, enfin !


"

dimanche 20 septembre 2009

Vendanges 2009 : reportage de France 3 LR

".



Reportage diffusé le 21 septembre sur France 3 LR et Pays Catalan.
"

mardi 12 mai 2009

Les vignes exploitées pour 2009 :

"


Les vignes entérinées sur Trilla pour cette année :

- 1,10 ha sauvés de l'arrachage, achetés cette année, dont 0,50 ha de grenache noir, 0,40 de syrah et 0,20 de macabeu (blanc).

- 1,20 ha de vignes prêtées gratuitement cette année, avec promesses d'achats pour l'année prochaine, dont 1 ha de carignan noir et 0,20 de mélange macabeu/grenache blanc/grenache gris.

- 1 ha travaillés en bio par M. le Maire et mis à disposition à la vendange, avec promesse d'achat pour l'année prochaine, dont 0,50 de vermentino (rolle, blanc), 0,20 de macabeu et 0,30 de lledoner Pelut.

- 50 ares travaillé en bio par Lionel Labèrere et mis à disposition à la vendange dont carignan noir et syrah.

Donc 3,8 ha environ, pour 60 à 100 hl, et donc de 8.000 à 13.000 cols (ou 650 à 1.100 caisses), toujours "environ".

Avec en potentiel pour ce millésime 2009 d'élaborer 4 cuvées :

- de 3 à 4.000 bouteilles de blanc milieu à haut de gamme, qui sortirait entre le début de l'été et l'automne 2010,
- autant pour une cuvée "rosé foncé/clairet/rouge très léger" de soif, à base de cinsault/llédoner avec une pointe de jeunes syrahs, en entrée de gamme, pour le printemps prochain,
- de 1.000 à 3.000 bouteilles d'un rouge milieu à haut de gamme, qui sortirait entre l'automne 2010 et le printemps 2011,
- 1.000 à 2.000 bouteilles, en rouge placé de haut de gamme à cuvée exceptionelle, qui sortirait en 2012.

Tout cela reste un prévisionnel.
Tout dépendra de l'année, de la vendange, de la capacité de la cave louée et des cuves achetées, des investissements engagés et des désirs des associés.



"

jeudi 19 mars 2009

Pourquoi "Projet bioTrilla" ?

".
Je cherchais un nom pour le projet, clair et facile à comprendre par tous.

Comment réduire en un slogan : "Projet de domaine viticole bio sur la commune de Trilla en Fenouillèdes" ???

Voilà, simple et efficace. J'aurais pu trouver quelque chose de plus poétique mais ce projet n'est pas le mien mais le NOTRE !

Donc, nous trouverons ensemble le futur nom du domaine et des cuvées !


"

mardi 17 mars 2009

Première vigne acquise et quelle vigne !

".
J'ai eu beaucoup de chance...

J'ai rencontré Gilles Trouillet, le régisseur du domaine de Chapoutier à Latour de France, Bilat-Haut, celui qui a eu 98/100 par Parker, qui est sur la vidéo de France 3.

Il a personnellement 1 ha de carignan de 1903 (!!!) sur Trilla. Mais il a déjà des vignes sur 4 autres communes, et monter pour une seule parcelle lui complique beaucoup les choses. Notamment parce qu'il la traite à l'atomiseur (à dos) et ne peut pas vérifier tous les jours la clôture électrique en août et septembre...

Il me propose donc de me la vendre. Moins chère qu'il ne l'a achetée ! Il ne veut pas la voir être désherbée après l'avoir travaillée en biodynamie et labourée au cheval depuis 4 ans.
Je peux comprendre. Je récupère ainsi une des plus belles vignes par sa situation, son panorama, son grand chêne dominant, ses murets de pierre, son sol d'arènes granitiques... Et la plus vieille vigne de Trilla ! Je profite aussi du travail de Gilles depuis 2005. C'est la seule parcelle exploitée "naturellement". Quelle chance !
Il en faisait une seule cuvée : L'Indigène, que j'ai pu goûter et quel potentiel !!!
Notre grande cuvée n'est pas loin...

Et pour m'aider dans le lancement du projet, il m'a gracieusement proposé de ne la payer que l'an prochain, et de faire un "prêt" (un Commoda pour les initiés) pour cette année.
A condition d'aller dès demain la tailler.

Merci et au boulot !


"

vendredi 6 mars 2009

Reportage de France 3 Sud


"

France 3 région a fait un reportage sur le Domaine Bila-Haut de Chapoutier à Latour-de-France qui a pris la note record de 98/100 par Robert Parker lui-même.
http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=c34b_1920&video_number=0

Les journalistes voulaient avoir l'avis d'autres vignerons proches pour mesurer les retombées de ce prestige. Grâce à Jean Pla, une nouvelle fois, j'ai été "brièvement" interviewé. Ils ont bien sûr coupé le début de mon élocution sur le fait que je ne voulais pas faire de vin "parkérisé" mais que ce guide était incontournable à l'export, et sur le paradoxe des vignerons qui critiquent le système alors qu'ils rêveraient d'avoir une telle note. Ce n'est pas très grave...

Le plus important est la preuve concrète que ce fabuleux terroir des Fenouillèdes peut se hisser au niveau des plus grands et que l'on commence à parler du projet de Trilla !

video
"

dimanche 1 mars 2009

Porteur de projet

"

Je crois en ce projet.

Tellement, passionnément, au point d'y investir corps et âme, ainsi que d'y convier amis, famille, clients, anciens patrons, viticulteurs, villageois, professionnels...
Je crois passionnément en ce projet.
Un grand potentiel : un grand terroir, de grands vins, une belle histoire commune, le sauvetage d'un village et d'un vignoble exceptionnel, le privilège de lieux magiques, dans la préservation d'une nature authentique, la promotion du Fenouillèdes et du Roussillon, etc...
Je crois potentiellement en ce projet.
Des vignes enfermées dans un maquis de chênes verts, la possibilité d'être la seule exploitation sur toute la commune : la culture bio facilitée.
Je crois biologiquement en ce projet.
Pouvoir être rapidement le seul domaine indépendant en traitements agrobiologiques (tisanes et huiles essentielles) grâce à un producteur du village, les faibles coûts de démarrage en comparaison à d'autres terroirs plus cotés mais surexploités : une création originale moins risquée.
Je crois financièrement en ce projet.
Tous les cépages roussillonnais sur plusieurs expositions, de jeunes et de très vieilles vignes : une grande palette de vins possible.
Je crois techniquement en ce projet.
La beauté du site,de ses environs et le soleil du Sud : le bonheur de s'y rendre pour les partenaires et les futurs clients.
Je crois visuellement en ce projet.
Et bien plus encore...

Je crois réalistement en ce projet.
Et vous ?

"

samedi 28 février 2009

La commune de Trilla


"


Village d'une soixantaine d'habitants, au Sud de Maury, à l'Ouest de Calce et au Nord de Prades, dominant à plus de 400m d'altitude la Vallée de Latour de France et de Caramany, sur un Terroir d'arènes granitiques, Trilla n'est pas un village où on s'arrête mais où l'on va ! Cf la carte (mais le nom Domaine de bout du monde est déjà pris)...


Agrandir le plan

Copie du site internet du village :

"Trilla est un charmant petit village situé aux confins du département des Pyrénées-Orientales, au Sud de la région Languedoc-Roussillon. Notre commune se trouve plus exactement dans le Fenouillèdes, arrière pays rural limitrophe de l'Aude qui s'articule autour de deux vallées, celles de l'Agly et la Désix.
Le Fenouillèdes est une zone à vocation agricole où l'activité dominante est la viticulture avec des productions de qualité tels que les AOC "Côtes du Roussillon", "Muscat de Rivesaltes" ou bien encore "Maury".
Mais le Fenouillèdes, c'est aussi le tourisme vert et ce grâce à ses atouts et ses traditions :
Une situation géographique privilégiée, entre mer et montagne (à 1h des plages de la Côte Radieuse : Canet en Roussillon, Argelès sur Mer... mais aussi des grands espaces de Cerdagne et des stations de sports d'hiver : Font Romeu...).
Un environnement préservé (Forêt de Boucheville, Gorges de Galamus...)
Un riche patrimoine (Châteaux Cathares, Sites préhistoriques de Tautavel et de Bélesta, Edifices religieux...). Une originalité culturelle, car le Fenouillèdes est une enclave occitane dans un département de culture catalane.
Des infrastructures d'accueil et de loisirs des plus conviviales (Gîtes ruraux, sentiers de randonnées, barrage sur l'Agly, plans d'eau...)Enfin en Fenouillèdes, chaque saison possède ses charmes et notre région change de couleurs mais aussi de mode de vie au fil du temps.C'est de ces points forts et de ces attraits que le village de Trilla bénéficie tout au long de l'année et dont vous pourrez profiter si vous décidez de nous rendre visite !"

Tout est dit !

"

vendredi 27 février 2009

Génèse d'un projet...


"
A l'origine de ce projet, André Dominé, journaliste/écrivain allemand, auteur de l'ouvrage référence et" biblique" : Le Vin, et résident de Trilla.
Amoureux du vin et de son village, malheureux de voir son vignoble voué à l'arrachage, il a mis en relation Jean Pla et la principale famille de viticulteurs de Trilla, les Labarère.

Jean Pla est le principal animateur des vins du Fenouillèdes, à l'origine de son association de producteurs et de son salon, restaurateur de la première adresse d'amateurs à Maury : le Pichenouille, et promoteur des vins, des vignerons et des vignobles à travers sa société Fenouillèdes Sélection.
Il a participé au montage de nombreux projets sur la région, du Domaine Le Soula à St-Martin de Fenouillet à celui de mexicains à Felluns. Naturellement, il a commencé à prospecter, avec peu de retours concrets en ces temps difficiles...
Et qui connaît Trilla ? Pour y faire quel type de vins ?
Il manquait une âme et une vision à ce projet de sauvetage...

Puis je suis arrivé, à la recherche d'un emploi, d'une création de domaine, de vignes sur un grand terroir, d'une belle histoire... Et il m'a parlé de Trilla, m'a présenté André Dominé et Lionel Labarère, la cave et le vignoble...
Et là : de battre mon coeur s'est arrêté !
;-) petite dédicace/emprunt à M. Bizeul, lui aussi vigneron du Fenouillèdes sur Lesquerde avec une cuvée de ce nom...

"